Quelle densité ?

Quelle est la bonne densité pour garantir la qualité ?

La question est récurrente !

Plusieurs facteurs influencent la densité. Nous les avons mis en relation, sur la même échelle de densité humaine (habitants + emplois / surface dédiée aux constructions et infrastructures (selon définition OFS)). On peut ainsi mettre en parallèle la densité avec la forme urbaine, le taux de motorisation et la mixité fonctionnelle.
 

Graphique 1 : comparaison des densités humaines de communes de l'agglomération Lausanne-Morges et de quelques villes suisses et internationales.

Observations :

  • les communes dont la superficie est limitée voient leur densité augmenter relativement fortement, à l'image de Genève ou Paris.
  • Manhattan, quartier de New York, a une densité humaine qui s'élève à 677 hab+emp/ha et devrait donc plutôt se situer en dehors du tableau.

1

tribu_densite_page-2.jpg

 

Graphique 2 : rapport entre densité humaine et construite de quartiers lausannois. La densité mesurée comprend les zones constructibles et d'infrastructures (c'est-à-dire sans les zones agricoles ni les forêts). Les quartiers ont été sélectionnés pour la relative homogénéité de leur tissu bâti. Les points noirs situent quelques opérations récentes ou en projet dans l'agglomération Lausanne-Morges.

Observations :

  • à densité bâtie identique, il y a de grandes disparités de densités humaines entre quartiers. Cette disparité correspond aux différences de revenus dans ces quartiers, les personnes aisées consommant plus de surface construite par habitant que les personnes modestes (voir annexes). Par exemple, il y a beaucoup plus d'habitants à la Pontaise qu'à Grancy alors que la densité construite est comparable.
  • la série de rectangles représente des formes urbaines différentes nommées sur la droite du graphique. A partir d'une densité supérieure à 220 hab+emp/ha, on ne trouve plus que des îlots (voir illustration page 1). Même les opérations comprenant des tours, comme le quartier des Cèdres à Chavannes-près-Renens (tour de 120 mètres de haut), ne parviennent pas à dépasser ce seuil.

2

tribu_densite_page-3_0.jpg

Graphique 3 : Courbes de tendance du taux de motorisation (nombre de véhicules de tourisme par habitant) et de mixité fonctionnelle (rapport d'emplois par habitant) en fonction de la densité humaine. Le traitillé horizontal indique l'équilibre emplois-actifs, c'est-à-dire 1 emploi par personne active habitant le quartier.

Observations :

  • le taux de motorisation diminue quand la densité humaine augmente. Mais à partir de 200 hab-emp/Ha, elle descend difficilement en-dessous de 300 véhicules pour 1'000 habitants, ce qui représente environ 1 voiture pour 2/3 des ménages.
  • il existe des seuils à partir desquels il est possible de créer des transports publics légers ou lourds: 100 hab-emp/Ha pour un bus urbain et  200 hab-emp/Ha pour tram ou un métro. Ces seuils doivent être pris en considération à l’échelle des quartiers plutôt que des villes, celles-ci étant rarement homogènes. A Lausanne par exemple, certains quartiers ne peuvent pas être desservis correctement par des bus alors que d'autres permettent l'implantation de tram ou de métro.
  • les quartiers urbanisés selon les principes modernistes ont généralement des densités insuffisantes pour être équipés de TP lourds.
  • les villes ou quartiers très denses proposent plus d'emplois que d'actifs habitant ces lieux. Ce sont soit des villes centres (capitales ou centres d'agglomérations importantes) soit des quartiers de centre-ville. On constate qu'à partir d'une densité d'environ 400 hab+emp/Ha, la mixité fonctionnelle diminue.

3

tribu_densite_page-4_0.jpg

Cartes statistiques et graphiques

cliquez sur les images pour les agrandir

1. Cartes

Corrélation entre le taux de motorisation et la densité humaine. Pour améliorer cette corrélation, le revenu médian par commune est ajouté. Contrairement aux densités humaines du dossier, la surface de référence utilisée est celle de la commune

Densités humaines des communes vaudoises

tribu_densite_densite_1.jpg

Taux de motorisation des communes vaudoises
tribu_densite_motorisation.jpg

Revenus médians de communes vaudoises
tribu_densite_revenus.jpg

Multiplication des revenus médians et de la densité humaine inversée des communes vaudoises
tribu_densite_revenus-inverse-dh_0.jpg

2. Taux de motorisation en fonction de la densité humaine des communes vaudoises classée par agglomération ou région

Corrélation entre le taux de motorisation et la densité humaine des communes du canton de Vaud classés en plusieurs catégories (Agglomération Lausanne-Morges (PALM), Agglomération Vevey-Montreux, Région Nyon, Autres villes centres et autres communes). Les courbes de tendances de chacune de ces catégories montrent des différences importantes mettant en évidence l'importance de la situation géographique.
tm_par_dh.jpg

3. Densité humaine par rapport à la densité construite des quartiers lausannois classées par revenu

Corrélation entre la densité construite et la densité humaine de quartiers lausannois sélectionnés pour leur relative homogénéité dans leur tissu bâti ainsi qu'une série d'opérations récentes ou en projet dans l'agglomération Lausanne-Morges. Les quartiers lausannois sont séparés entre les quartiers possédant un revenu moyen inférieur à la moyenne lausannoise et ceux dont le revenu moyen est supérieur à la moyenne lausannoise. Les courbes de tendances montrent un décalage clair entre ces deux types de quartiers.
dh_par_dc.jpg

4. Surface de plancher par habitant en fonction du revenu moyen des quartiers lausannois

Corrélation entre le revenu moyen et la surface de plancher par habitant des quartiers lausannois précédemment sélectionnés.

sp_par_hab_revenu.jpg

Sources:

OFS, Office fédéral de la statistique

SCRIS, Atlas statistique du canton de Vaud

Statistique Lausanne

PALM, projet d'agglomération Lausanne-Morges

étude "densités humaines, exemple de la ville de Lausanne"

Articles en relation

Guide «Les nouveaux quartiers-jardins du XXIe siècle»

26/06/2017 - DALE du canton de Genève

La densification de la zone villa est plus que jamais d’actualité.

«Ma Densité»

13/12/2016 - ASPAN-SO

Les Cahiers explorent  la question de la densité selon les points de vue - volontairement subjectifs - d’une pluralité d’acteurs des territoires contemporains, qu’ils soient professionnels de l’espace ou habitants de quartier, ethnologues ou biologistes, usagers de l’espace public ou encore de la

Une bonne densification passe par le respect des espaces verts

30/05/2016 - Patrick Schoeck-Ritschard, responsable Architecture et protection du patrimoine, Patrimoine suisse

Reconnaître la valeur du paysage dans les centres.
Le caractère de nos villes et villages résulte de l’interaction entre les bâtiments, les rues, les jardins potagers, les murs d’enceinte ou les pré-vergers. Une approche visant à préserver ces valeurs uniques fait défaut dans nombre de localités. La pression visant à accroître la densité dans les pôles de croissance et l’exigence d’une réduction des zones à bâtir à la campagne imposent de nouvelles stratégies qui appréhendent le paysage et l’habitat comme un tout.

Densifier ? Y a qu’à…

27/01/2016 - Laurent Guidetti, TRIBU architecture

Face à la croissance démographique et à l’extension continue des surfaces urbanisées, les collectivités publiques sont amenées à chercher une utilisation plus rationnelle du sol, en adéquation avec un développement durable du territoire. Le principe, aujourd’hui admis, est le développement vers l’intérieur des zones urbanisées. Concrètement, cette densification légitime du milieu bâti permet de rationaliser les infrastructures et équipements publics, ainsi que de répondre à des évolutions sociétales. Là où la densité est trop faible, la densification est aussi un moyen d’améliorer le « vivre ensemble.

Article issu des Cahiers de l'ASPAN n°2/2015